UN COMITÉ À LA RESCOUSSE

Quatier libre : Campus, Numéro 14, Volume 20  Mardi 26 mars 2013
La coordonnatrice du comité de soutien aux parents-étudiants de l’UdeM (CSPE-UdeM), Roxanne Lorrain, demande à tous les étudiants qui ont un enfant de rejoindre son comité. (Crédit photo: Pascal Dumont)

La coordonnatrice du comité de soutien aux parents-étudiants de l’UdeM (CSPE-UdeM), Roxanne Lorrain, demande à tous les étudiants qui ont un enfant de rejoindre son comité. (Crédit photo: Pascal Dumont)

Le Comité de soutien aux parents étudiants de l’UdeM (CSPE-UdeM) a été créé cet hiver pour venir en aide aux étudiants qui doivent concilier leurs études universitaires et leur rôle de parent. Ce comité vise à offrir une meilleure protection à ce segment de la population qui se retrouve parfois dans une situation précaire.

Sans avoir de chiffres officiels, la coordonnatrice du Comité et étudiante en coopération internationale, Roxanne Lorrain, estime que de 15 à 20 % des étudiants de l’UdeM ont au moins un enfant. Chapeauté par l’Action humanitaire et communautaire (AHC), le CSPE-UdeM s’est fixé comme premier objectif de se faire connaître auprès de ces étudiants et d’élargir son réseau de membres. À ce jour, à peine une vingtaine d’étudiants – dont le tiers sont des hommes – se sont joints au Comité.

« Les parents étudiants peuvent se retrouver isolés, signale la coordonnatrice adjointe du CSPE-UdeM, Johana Alvarez, qui étudie en psychologie. Quand on a un enfant, on a certaines responsabilités qui ne nous permettent pas toujours d’aller aux 5 à 7. »

Le CSPE doit recruter plus d’adhérents pour obtenir la reconnaissance de son association par l’UdeM. S’il obtient le même statut que celui des associations officielles, il pourrait acquérir un budget de fonctionnement et son propre local, ce qui faciliterait l’organisation et les échanges entre les membres.

Aidé à la trésorerie par l’étudiante à la Faculté de l’éducation permanente Élodie Demeau, le CSPE-UdeM se donne une mission en quatre volets : développer et mettre en place des projets durables de soutien aux parents étudiants ; organiser des activités permettant les rencontres et les échanges entre les parents ; créer et diffuser du matériel d’information et de sensibilisation; et représenter les parents auprès des instances appropriées de l’UdeM.

Ressources insuffisantes

La Fédération des associations étudiantes du campus de l’UdeM (FAÉCUM) dispose de ressources en matière d’aide aux parents étudiants. « Par exemple, la halte-garderie Le Baluchon offre un service aux plages horaires adaptées à l’emploi du temps de ses clients », affirme le coordonnateur à la vie de campus de la FAÉCUM, Tiago Silva. Toutefois, Roxanne Lorrain trouve cette ressource insuffisante. «À long terme, on pourrait aussi ouvrir un Centre de la petite enfance (CPE) réservé aux parents étudiants.»

Dans certains cas, l’aide financière accordée aux parents étudiants ne convient pas à leur situation. Les étudiants à temps plein n’ont pas accès au Régime québécois d’assurance parentale (RQAP), puisqu’ils ne sont pas considérés comme des salariés, tandis que le statut parental des étudiants à temps partiel n’est pas reconnu par le régime d’aide financière aux études. Ils ne bénéficient donc pas du programme de prêts et bourses. Désavantagés par rapport aux étudiants sans enfants, les parents hésitent souvent avant d’entreprendre un programme universitaire.

Étant donné que le choix de devenir parent est personnel, les responsabilités qui en découlent incombent aux étudiants. Par exemple, les politiques reliées aux travaux et aux examens, qui varient selon les départements, ne tiennent pas compte du cas des parents étudiants. Quand son enfant tombe malade la veille d’un examen ou de la remise d’un travail, l’étudiant doit négocier avec son professeur. « Le CSPE-UdeM travaille à la reconnaissance de cette réalité sociale et pour une meilleure harmonisation des politiques de l’Université », affirme la coordonnatrice du Comité.

Le modèle de l’uQaM

Depuis 2008, certaines mesures d’accommodement ont été lancées à l’UQAM. Avec ses 800 membres, le Comité de soutien aux parents étudiants de l’UQAM (CSPE-UQAM) a réussi à faire installer des tables à langer dans certains cabinets de toilette des pavillons de l’Université.

C’est un modèle que le CSPE-UdeM compte suivre. Pour l’instant, à cause du peu de moyens dont il dispose, sa priorité est d’aider les parents étudiants de l’UdeM à tisser des liens entre eux. Si les services du Comité demeurent restreints cet hiver, Roxanne Lorrain promet que des activités comme une popote ou un bazar auront lieu à l’automne prochain.

Crédit photo : Pascal Dumont

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s